Sans mentir, si votre ramage…

Il y a quelques mois, j’avais pour diverses raisons rejeté l’idée de consacrer un billet à présenter quinze jeux, les premiers qui me seraient passés par la tête, comme l’avaient pourtant fait pas mal de blogueurs JdR à l’époque.
J’ai par contre trouvé plus original d’essayer de dégager dans ma ludothèque les dix meilleures couvertures (comme je l’avais fait il y a plus d’un an avec ma ziquothèque). Le choix n’a pas été facile, et je n’en suis d’ailleurs pas satisfait (et il y a fort à parier que, si je refaisais le tour, je n’aboutisse pas à la même sélection), mais voici le résultat (je n’ai pas pris la peine de réaliser moi-même les scans des couvertures en question, préférant recourir à des images récupérées en ligne ; malheureusement, ça signifie entre autres que certaines d’entre-elles seront hélas bien petites) :

– commençons par le commencement, avec la première version (signée Trampier) de la couverture du Players Handbook d’AD&D première édition (la seule, la vraie, l’unique).

Je n’ai pas commencé le JdR avec AD&D, et du coup, je n’ai pas commencé AD&D avec cette version ; mais c’est le seul bouquin de JdR que j’ai acheté pour sa couverture, des années après.Il y a tous les ingrédients d’un dungeon sur cette image : le groupe de persos de différentes classes, les monstres, le trésor, et l’éclairage des torches ; plus une idole maléfique qui pourrait bien être piégée…

À noter que j’aime aussi la parodie qui en a été faite par Ruth Thompson pour le Player’s Handbook de HackMaster, qui représente la même scène quelques instants avant :– dans la catégorie des scènes qui font rêver, il y a la version française de RuneQuest III, par Hubert de Lartigue :L’image rappelle la célèbre illustration du Conan de Frazetta, mais la scène est très différente.
(en fait, je l’aurais bien remplacée par le premier écran français du même jeu, par le même artiste, mais je ne l’ai pas retrouvé sur internet, en tous cas pas sans un hideux et fort incongru watermark)

– autre chouette scène par une artiste dont j’aime beaucoup le style, le coffret de la seconde édition de Rêve de Dragon par Florence Magnin :(malheureusement, je n’ai pas trouvé mieux en ligne que cette version rikiki…)

– dans la catégorie des groupes de PJ qui ont de la gueule, il y a la boîte Alpha Dawn de Star Frontiers, illustrée par Elmore.– toujours dans cette même catégorie, il y a First In pour GURPS Traveller, couverture signée Doug Chaffee sur laquelle l’équipage d’un certain vaisseau que je n’ai pas eu le temps de faire jouer depuis trop longtemps pourrait se reconnaître.À l’origine, c’est un extrait de cette image que j’aurais voulu mettre en tête des pages du blog, à la place du Firefly, mais pour des caprices informatiques indépendants de ma volonté, ça n’a pas été possible, en tous cas pas comme je le souhaitais… Je réessaierai peut-être à l’occasion, maintenant que je suis passé à une version plus récente de WordPress

– encore un groupe de persos qui stimule mon imagination, celui de The Spinward Marches pour Rikki-Tikki-Traveller (illustrateur non crédité) :– je ne sais pas si c’est vraiment un groupe de persos, mais la couverture de la première édition de MEGA, signée Arno, m’a toujours paru très évocatrice.J’aime bien aussi celle d’Olivier Vatine pour la troisième édition, mais il fallait bien en choisir une…– il y a des groupes de persos dont on sent qu’ils vont s’attirer sous peu des ennuis : c’est le cas de celui représenté sur la couv’ de Dark Conspiracy (encore par Elmore)…… comme de celui du Scaum Valley Gazetteer (par Greg Staples) :– il reste une place pour boucler ce top 10, et, après mûre réflexion, j’ai choisi pour l’occuper celle du Starship Operator’s Manual pour MegaTraveller (peut-être due à Joe D. Fugate Sr, mais je n’en suis pas certain).Sans doute que pour le non-initié, cette illustration parait des plus banales. Mais elle représente une scène qui est fascinante pour l’amateur de Traveller que je suis : le moment juste avant le saut où le réseau de filaments de lanthane qui treillisse la coque d’un vaisseau devient de plus en plus lumineux (une scène qu’on retrouve aussi à la fin du petit clip que je vous avais signalé ici).

Il y a un paquet de chouettes couvertures que j’ai écartées lors de ma sélection… Et ça m’amène à me demander ce qui fait qu’une couverture de JdR est réussie. Il faut que l’illustration soit jolie, certes ; mais ça ne suffit pas. Il faut aussi que la scène soit évocatrice, stimule l’imagination, donne envie de jouer (ou de faire jouer) dans le cadre du jeu ou du supplément. Et puis il faut encore que l’image soit en adéquation avec mon propre imaginaire, ma propre imagination : si le style de l’artiste ne colle pas à mes goûts, si ce qu’il représente n’est pas conforme à ce que le contenu (présumé ou après lecture) du bouquin m’évoque, ça n’ira pas.

Et c’est pour ça que je me dis que finalement, la couv’ non illustrée du Classic Traveller aurait bien pu figurer dans cette sélection.

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Sans mentir, si votre ramage…

  1. Imaginos dit :

    Vaken a écrit, mais un poil trop bas :
    Celle de Star Frontier fait quand même très « best-of des années 80 ». Le gars me fait carrément penser à David Lee Roth.

    Sinon, j’aime aussi énormément celle de Traveller. Parce que justement, en quelques lignes et sans illustration, elle laisse la porte ouverte à l’imagination.

    Pour Star Frontiers, le jeu (et donc l’image) date de 1982… C’est un peu normal donc que ça te fasse cet effet là (encore que… DLR, je n’y aurais pas pensé (et même maintenant, ça ne me l’évoque guère… pas assez de cheveux peut-être, ou en tous cas, trop courts…)).

  2. Rappar dit :

    Vaken veut dire que c’est les cheveux de la fille qui lui évoquent le chanteur de Van Halen… ;-)

  3. Greg dit :

    Aah, celle de RQ, si Oriflam ou De Lartigue pouvait la sortir en poster un jour…

  4. Ping : C’est ÇA, la cinquième édition ? | imaginos

  5. Ping : Something’s wrong with the cover and I don’t know what it is | imaginos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.