Les effets pervers des jours de carence

Les jours de carence sont en principe censés réduire l’absentéisme et limiter le coût des arrêts-maladie pour la Sécurité sociale.
Sauf que…
Quand un salarié souffrant par exemple d’une gastrochiasse (maladie de courte durée, mais hautement contagieuse) vient travailler malade pour éviter de perdre un ou deux jours de paie, et ce faisant contamine certains de ses collègues, je ne suis pas certain que l’employeur comme la Sécu y soient gagnants au final.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.