Présentatrice météo-nirique

Drôle de rêve pendant ma sieste de tout à l’heure.
Entre (ou pendant) des scènes se passant au boulot, on y voyait un groupe de femmes « célèbres » (ou en tous cas, plus ou moins connues du grand public) se rendre à une réunion (ou une conférence dans le cadre d’une formation pour adultes, je ne sais plus trop) à laquelle je devais aussi assister (sans doute pour le boulot). C’était dans un de ces escaliers qui se divisent en deux à chaque étage, se rejoignant pour former un palier intermédiaire entre deux niveaux, et le gros dudit groupe occupait l’une des moitiés de l’escalier. Pour ne pas arriver en retard, je prenais l’autre demi-escalier, et je m’y retrouvais derrière Brigitte Simonetta, qui présentait la météo sur une chaîne publique dans le milieu des années ’80, à une époque où j’avais encore la télé. Je n’ai aucune idée de ce que cette brave dame est devenue, je n’ai pas dû la revoir (ni même entendre parler d’elle) depuis cette relativement lointaine époque, et je ne sais plus du tout à quoi elle ressemblait (ni à quoi elle peut bien ressembler de nos jours) ; je me souviens cependant que c’était bien elle dans mon rêve, sauf que de visage (que je serais incapable de reconnaître, donc) elle n’avait rien à voir…
Enfin bref. Comme cette brave dame (une petite brune un peu trop bronzée pour le bon état de son épiderme, dans une robe rose bonbon flashante, la soixantaine active ou pas loin) se tenait au milieu des marches, m’empêchant de la dépasser sans la bousculer, même en me tirant contre la rampe à l’intérieur d’un virage, je me plaçai juste derrière elle et lui chantonnai dans l’oreille : « J’y serai avant toi » (le nananè-reu était sous-entendu). Et elle de se mettre à courir (ce qui était l’effet escompté) pour arriver la première, tout en continuant à occuper le centre des marches (et donc à m’empêcher de la doubler, car je ne voulais pas non plus jouer les bourrins et la pousser, ce que j’aurais pourtant pu faire aisément). Ce qui nous permit à tous les deux d’arriver en même temps que le gros de la troupe, passé par l’autre moitié de l’escalier…
Je ne cherche pas la logique dans cette histoire (d’autant que tout le monde descendait l’escalier alors que la conférence avait lieu tout en haut du bâtiment). Mais j’aimerais bien savoir quel stimulus a fait remonter à ma mémoire (et jusque dans mon rêve) une présentatrice météo dont je n’avais pas dû entendre parler depuis largement plus de vingt ans et que je serais bien en peine de reconnaître si je la croisais dans la rue.

Ce contenu a été publié dans Rêves. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.