Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage

On ne peut hélas pas forcer une personne à en apprécier une autre, même quand il s’agit de collègues de travail.
On a par ailleurs plus facilement tendance à accuser d’un tort quelqu’un qu’on n’aime pas.
Mais quand, confronté à l’évidence de la nature infondée d’une telle accusation, on persiste dans son attitude, on quitte le domaine du rationnel. Et là, j’avoue avoir beaucoup plus de mal à gérer les choses (si tant est qu’elles soient gérables).
Je me demande vraiment dans quelle mesure l’être humain est bien un animal destiné à la vie en société.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage

  1. Vaken dit :

    On dit souvent que le rire est le propre de l’homme.

    En fait, c’est la contraction de deux autres trucs :
    Le rire est le propre de la hyène.
    La haine est le propre de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.