k****a : caca !

J’ai ressorti cet aprème ma bonne vieille (neuf ans cette année ; je croyais qu’elle en avait un de plus) débroussailleuse à lame Oleo-Mac, qui n’avait plus servi depuis quatre ans, pour finir de dégager mon terrain (l’herbe étant trop haute et trop dense pour que la tondeuse en vienne à bout).
Malgré ces quatre années d’inactivité complète, elle a encore démarré au quart de tour. J’ai l’impression qu’elle vibre un peu désormais, mais c’est peut-être pasque je ne m’en souvenais plus. Et je n’ai plus l’habitude d’utiliser un appareil aussi bruyant, les moteurs électriques étant quand même un peu plus discrets.
J’ai mis plus de temps que je ne le pensais, aussi : je n’avais pas l’impression que la végétation était aussi dense… Du coup, je n’avais pas préparé suffisamment de mélange pour remplir le réservoir, et a fallu en refaire.
Mais y a pas à dire, c’est une bonne machine : pas une merde de chez k****a.

Restera à faire les finitions au fil, et à réessayer la tondeuse sur une herbe moins haute pour voir si elle fonctionne encore comme il faut.
Et à l’avenir, faudrait quand même que j’arrive à m’organiser un peu mieux, pour pouvoir me contenter de la tondeuse. Pasque le problème de la débroussailleuse, c’est quand même les gaz d’échappement…

Ce contenu a été publié dans On n'arrête pas le progrès. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.