L’astragale de Ketulu

Ayant récemment relu la série des Isabelle dessinée par Will, j’ai eu l’œil attiré par une formule magique prononcée par Kalendula (qui à l’époque s’appelait encore Calendula, en dépit des risques de confusion avec sa ravissante descendante) dans L’astragale de Cassiopée :astragaleOn y distingue en effet assez nettement l’anglais squid, qui signifie calmar et est donc plus ou moins en rapport avec le poulpe victime du maléfice ; mais surtout, le début de la formule me rappelle le nom d’un autre être à tentacules issu de l’imagination d’un auteur américain à la réputation quelque peu surfaite. Je me demande si c’est une simple coïncidence ou si c’est fait exprès…

Ce contenu a été publié dans BD, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à L’astragale de Ketulu

  1. Alias dit :

    OK, là tu viens de m’exploser le cerveau. Bien joué!

  2. Alias dit :

    Je n’ai pas mon exemplaire (enfin, celui de mon éponyme épouse) sous la main, mais est-ce que c’est aussi le cas pour d’autres formules?

    • Imaginos dit :

      À moins que tu ne sois le gendre du regretté André Franquin, ton épouse n’est qu’homonyme, et non éponyme, de ce personnage dessiné. ;-)

      Sinon, oui, j’ai la flemme de ressortir les bouquins pour te donner des exemples précis, mais le jeu pour l’adulte relisant les BD est de reconnaître des mots dans les formules magiques, là où l’enfant ignorant l’anglais (entre autres) n’avait vu que des signes cabalistiques. Ça fait d’Isabelle une série qu’on peut encore lire à l’âge adulte, même si ça n’a plus rien d’extraordinaire pour un vieux et même si les premiers épisodes ont quand même salement mal vieilli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *