Kro en résumé : Science Fiction Hobby Games

A First Survey
Science Fiction Hobby Games
Based on the Hugo Award winning Encyclopedia of Science Fiction
Neal Tringham
Pseudonymz
ISBN 978-0-9576578-0-9
© Neal Tringham 2013
339 pages (format 15,3 × 23 cm environ)

Encyclopédie (non exhaustive) des jeux anglophones de SFsfhobbygamesL’auteur présente son œuvre comme étant le prolongement des entrées sur le sujet dans la troisième édition de l’encyclopédie de la SF de Clute & Nicholls, mais contrairement à celle-ci il se restreint à la production anglophone.
L’ouvrage commence par quelques généralités sur le « hobby » et les très grandes lignes de son histoire, un chapitre de généralités sur les contextes des jeux (Game Worlds), et un autre assez intéressant sur les histoires que racontent les parties (Game Stories), qui établit une classification très théorique de son sujet.
La partie consacrée au JdR occupe une grosse moitié du livre. Elle contient un chapitre présentant le JdR et dressant les grandes lignes de son histoire, et une série de monographies plus ou moins détaillées, présentant dans l’ordre alphabétique 70 des principaux JdR de SF anglophones, de 2300 AD à Villains and Vigilantes, couvrant un éventail de sous-genres varié, et dont certains n’ont qu’un rapport lointain avec la SF. À peu près tous les grands noms du JdR de SF anglophone, des origines à nos jours, sont abordés. Traveller a droit à la plus longue monographie. Outre celle de la plupart des jeux de voyage temporel, je regrette particulièrement l’absence des produits SF pour (A)D&D, et tout particulièrement celle de Spelljammer, mais aussi celles de quelques autres JdR. Les JdR dérivés de wargames comme Warhammer 40.000 seront simplement évoqués dans les monographies des wargames correspondants.
Après les JdR, on passe sur le même modèle (chapitre de généralités / historique puis monographies de quelques jeux notables) aux wargames (26 monographies ; les wargames issus de JdR ou qui leur sont apparentés, comme ceux dans l’univers de Traveller, ayant déjà été brièvement évoqués dans les monographies des JdR correspondants, ne sont pas présentés ici), aux livres-jeux (2), aux jeux de plateau (8), aux cartojeux (2) et enfin aux jeux par correspondance (3). Il n’y a rien sur les jeux informatiques, à part ce qui peut en être brièvement dit pour les produits dérivés d’autres jeux faisant l’objet de monographies.
On trouve encore un volumineux lexique (dont les entrées concernent aussi bien les jeux que la SF), une biblio, un index (riche idée) et une brève bio de l’auteur (astrophysicien travaillant dans l’industrie du jeu vidéo).
Il y a quelques imprécisions qui peuvent être source d’erreur pour le lecteur qui ne maîtrise pas déjà bien le sujet, et j’ai relevé au moins deux erreurs (mineures, mais bon…).
C’est un intéressant topo sur les JdR de SF. Sur les autres types de jeux, que je connais nettement moins bien, il est beaucoup plus léger. Les spécialistes en la matière n’y apprendront en fin de compte pas grand-chose de nouveau, mais ce fut une agréable lecture.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *