Le plan d’urgence ? Il attendra !

Suite de l’exercice plan d’urgence d’hier : en arrivant au boulot ce matin, je découvre un courriel de la personne derrière tout ça (qui n’est pas le gusse qui s’est fait passer pour moi), qui me demandait de réaliser quelque chose avec pour heure limite un peu plus d’une heure après mon dépointage du soir. Il va sans dire que ça n’avait pas été fait… (et accessoirement, qu’il ne faudra pas me gratter à me le reprocher, pasque sinon je pourrais avoir quelques paroles un peu vives).
J’ai fait comme si de rien n’était et répondu ce matin. Tout ça pour me reprendre dans les dents un msg automatique m’informant que mon correspondant était absent pour plusieurs jours.
Bref, mon sentiment est qu’en fait d’exercice, ça a surtout été de l’amateurisme complet. Je me demande si on aura droit à un débriefing un jour…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.