Les (décib)ailes de l’enfer

Écouté Scare Force One, le nouveau Lordi.scareforceoneJe l’ai trouvé pas mal, et en tous cas meilleur que le précédent.

Extrait :

Ce contenu a été publié dans Zique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Les (décib)ailes de l’enfer

  1. Rappar dit :

    Alors on écoute des tubes de l’Eurovision, maintenant? ;))

    • Imaginos dit :

      Tu penses à ça :

      Ou à ça ?

      Ça m’arrive, oui, et j’en ai même déjà collé un ici :

      • Vaken dit :

        La première fait de la pub pour des fricadelles.
        Les derniers, je me demande toujours comment ils ont pu arriver là ^^

        • Imaginos dit :

          J’ai oublié de préciser que le premier clip était spéciale dédicace pour toi. :-)

          Et pour la pub, j’avais découvert ça il y a quelques jours, qui m’a pas mal plu :

          Pour Telex à l’Eurovision, j’ai toujours cru qu’ils se payaient la tête du concours en question, pasqu’ils participaient forcés et contre leur gré. Mais tu en sais probablement plus que moi sur le sujet.

          • Rappar dit :

            Excellent tous ces clips! ;) Surtout la « reconstitution » kitchissime de S. Kim ;)

            Apparemment il y a des années où l’Eurovision récompense l’originalité et les costumes… la surprise Lordi alors, et la surprise Conchita Wurst aujourd’hui :)

            Comment peut-on y être « obligé » d’y participer? 8o – mais c’est vrai que la chanson de Telex est fort ironique, en plus d’être pré-électro… :)

          • Imaginos dit :

            > Comment peut-on y être “obligé” d’y participer?

            Par contrat, à cause de son manager qui l’aura signé… Je crois qu’il y avait eu une histoire dans ce genre.
            Vaken est probablement mieux informé que moi…

          • Imaginos dit :

            Le livret de « Belgium… One Point » dans le boîtier compile ne semble pas confirmer ce dont je croyais me souvenir, puisqu’il y est écrit à propos de cette fameuse chanson :

            when herman van laar, our manager and friend since the beginning asked us to be part of the world’s most… (*) song competition, and by far the most famous, we felt the situation might challenge our never-stopping appetite for irony. this was precisely the time we reached both simple and smart people’s uncomprehension. it was a nightmare, but we don’t regret a single minute of the agony.
            (*) please fill-in with your personal opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *