Stage sans programme

Il y a quelques mois, on nous avait annoncé qu’une stagiaire et future consœur séjournerait cette semaine au sein de la structure, passant d’un site à l’autre suivant les jours. Ainsi, j’avais accepté de l’accueillir pour la journée de demain.
Mardi (lundi étant férié, ou pas, je ne sais plus ce qu’il en est ; mais en tous cas, pas travaillé), un imprévu nous conduit à bouleverser notre organisation pour cette fameuse journée, nous forçant à tourner en effectif réduit et m’empêchant d’assurer correctement l’encadrement d’un stagiaire : j’appelle donc le siège pour demander, soit qu’elle vienne un autre jour, soit qu’elle laisse tomber. La cheffe n’est pas là, personne ne sait où est la stagiaire, et l’adjointe de la cheffe, en déplacement le matin, me dit qu’elle m’enverra un courriel plus tard pour me dire si la stagiaire vient le jeudi ou pas du tout.
Mercredi matin, évidemment, pas de message. Pas vraiment surpris, je rappelle le siège, et là l’adjointe m’explique qu’apparemment, il y a eu une erreur de mois, c’est en juin qu’elle sera là (et donc, le 29 juin chez nous). Ça me paraissait un peu bizarre, en particulier pasque ça donnait des dates de stage à cheval sur deux semaines, ce qui n’est pas fréquent, et aussi pasque personne n’avait moufté quand j’avais refusé de prendre la stagiaire le 25 mai au motif qu’il s’agissait du lundi de Pentecôte ; mais bon, c’est quand même typiquement le genre de boulettes qu’ils auraient effectivement pu faire.
Ce matin jeudi, la consœur qui devait accueillir la stagiaire dans son usine envoit un message au siège pour s’étonner que personne ne se soit encore pointé malgré l’heure déjà bien avancée. Et là, réponse grandiose de la cheffe qui nous explique, à ma consœur et à moi, que la stagiaire n’ayant jamais renvoyé sa convention de stage, on peut raisonnablement considérer qu’elle ne viendra pas (ce ne sont pas ses propres termes).
Ç’aurait été bien quand même de prévenir les maîtres de stage…
On devait avoir une autre stagiaire en juin. Apparemment, elle non plus n’a pas renvoyé sa convention : je crois bien qu’on ne la verra pas non plus… Mais j’espère qu’on en sera officiellement informés avant la veille du jour où elle est attendue chez nous.
Je n’ai pas répondu au message, mais je crois que je vais aborder le sujet oralement lors de la prochaine réunion au siège ; il serait quand même souhaitable que le planning des éventuels stagiaires, déjà pas facile à établir entre les différents sites et selon les disponibilités des uns et des autres, soit suivi d’un peu plus près.
Mais dans le fond, et indépendamment de notre changement de planning de dernière minute, ça m’arrange plutôt de ne pas recevoir ces stagiaires à cette époque : j’avais eu pas mal de difficultés à trouver un créneau pour les prendre en charge.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.