Encadrez vous tout seuls

Comme au boulot nous sommes disséminés sur plusieurs usines, l’adjointe à la cheffe avait été désignée coordonnatrice il y a quelques années, histoire de nous assurer un encadrement adapté depuis le siège (ce qui a également eu pour conséquence que la cheffe elle-même ne s’occupe quasiment plus de nous, à part pour organiser des réunions au siège trois ou quatre fois par an, réunions sans grand intérêt à mon avis vue la façon bordélique dont elles sont organisées et le manque de rythme qui nous amène à expédier en quelques minutes à la toute fin les choses les plus intéressantes, après avoir passé des plombes sur des sujets mineurs traités à la vitesse d’un escargot asthmatique).
Mercredi dernier, nous avons justement eu une de ces réunions ; réunion au cours de laquelle la coordonnatrice s’est absentée à deux reprises (quand elle est revenue la première fois, elle a pris la discussion en cours (sur un sujet difficile de gestion du personnel, où il n’y avait à mon avis que des solutions perdantes ; mais je n’étais pas directement concerné) pour faire une proposition que nous avions écartée d’office en tout début du débat, ce qui a eu pour conséquence d’agacer nettement les personnes les plus directement concernées), puis a foutu le camp en vitesse à la fin pendant que la cheffe demandait si nous avions des questions ; or j’en avais une, de question à la coordonnatrice, que j’avais déjà posée par courriel en avril et répétée de vive voix (au téléphone ET en face) à plusieurs reprises ensuite. Du coup, pas moyen d’avoir une réponse (puisque la cheffe allait botter en touche et me renvoyer vers son adjointe).
Je devais vendredi avoir une discussion informelle sur le problème technique en question avec un responsable de l’un de nos fournisseurs, qui devait venir à l’usine ; mais je ne l’ai pas vu, et ne l’ai pas non plus cherché à la fin de ma journée de travail, bien assez pénible comme ça. Mais j’attendais cette discussion pour relancer la coordonnatrice.
Ce matin, je lui ai envoyé un courriel… auquel j’ai reçu une réponse immédiate, m’informant que sa boîte était pleine et que mon msg n’avait pu lui être remis.
Bref, si on n’a besoin de rien, on sait à qui s’adresser.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.