Kro en résumé : Postman

The Postman
(1997)

Film post-cataclysmique vaguement adapté du roman de David Brin Le facteurpostmanDans ce qui était alors un futur assez proche (2013) situé après une guerre nucléaire à la fin du vingtième siècle ayant entre autres causé l’effondrement des États-Unis, le personnage de Kevin Costner est un vagabond qui va de village en village dans ce qui était l’Oregon. Enrôlé de force par une troupe de maraudeurs armés, les holnistes, il parvient à s’échapper, se réfugie pour une nuit dans une camionnette de facteur, y pique un uniforme et une sacoche, et s’en sert pour obtenir l’accès au prochain village et s’y faire payer à manger, prétendant appartenir au service postal des États-Unis restaurés. L’apparition d’un facteur et l’annonce de l’existence de ces fameux États-Unis restaurés suscitent intérêt et espoir parmi la population (jusqu’à des vocations de facteurs), et le personnage de Costner, devenu le Facteur du titre, se retrouve à l’origine d’un mouvement qui le dépasse et finit par se prendre au jeu. Sauf que tout ça n’est pas du tout du goût des holnistes, car les populations, croyant que le gouvernement va rétablir l’ordre, se laissent beaucoup moins faire quand ils viennent racketter leurs villages et enrôler leurs hommes en âge de combattre. Et les holnistes sont nombreux et bien armés…
Le concept de base est à peu près conforme au bouquin (ou du moins, au peu dont je me souviens), par contre le développement n’a pas grand-chose à voir.
Le film est long (près de trois heures). Et c’est un peu une ode aux États-Unis et à leur drapeau, ce qui quand on n’est pas franchement concerné soi-même, mais qu’on a à subir par ailleurs l’impérialisme américain, finit par devenir gonflant.
C’est sympa de voir un film post-cata, l’ambiance est bien, l’histoire est à la base pas trop mal (merci David Brin pour ça, Costner réalisateur n’y est pour rien), mais l’américanisme forcené et le face à face final symbolique de la Guerre de Sécession m’ont déplu, ce qui fait qu’il m’en reste une impression très mitigée.

Ce contenu a été publié dans J'ai pas la télé, Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *