Si ça continue, je finirai par refuser du monde

J’ai encore une fois ce matin été sollicité par une future consœur pour l’accueillir en stage au début de l’année prochaine (ce que j’ai accepté, comme à mon habitude). Une fois de plus, c’est dû à ma réputation comme maître de stage dans son École (École qui n’était pas la mienne, pourtant ; mais qui est celle de ma super stagiaire du printemps dernier, ce qui peut avoir joué). Comme à chaque fois, cette explication m’a épaté (et amusé aussi ; et puis, dans le contexte actuel, je dois dire que ça m’a même fait plaisir, surtout que l’encadrement des stagiaires, à condition qu’ils soient intéressants, est l’un des aspects du boulot que j’apprécie le plus).
Celle qui m’avait sorti ça il y a deux ans n’avait finalement pas donné suite ; j’espère que la nouvelle sera plus fiable. Mais si j’en juge par les quelques éléments qu’elle m’a donnés lors de notre conversation téléphonique, ça devrait être le cas.

This entry was posted in On n'a pas des métiers faciles. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *