Erreur sur la (deuxième) personne

J’ai échangé récemment quelques courriels avec l’étudiante qui était venue renforcer nos effectifs les deux derniers étés (et dont j’espère pouvoir la recruter définitivement d’ici quelques mois, mais ça, ça dépend d’elle, car ça passe par l’obtention d’un diplôme). Et, alors que quand elle est en face de moi elle me tutoie a priori sans difficulté, à l’écrit elle me donne du vous ; ce que je lui ai fait remarquer. Ça m’a d’autant plus surpris que l’année dernière, quand je l’avais eue au téléphone pour discuter de son retour estival chez nous, elle m’avait aussi vouvoyé, et que je l’avais donc déjà reprise à ce moment là.
La stagiaire que j’ai eue aujourd’hui par contre (et qui n’est pas celle dont j’attends toujours qu’elle reprenne contact avec moi pour fixer des dates précises à son stage) n’a pas eu ce genre d’états d’âme : comme je l’ai évidemment tutoyée d’entrée, elle m’a tutoyé du départ (ce qui, bien évidemment, ne m’a pas gêné). Sauf à la fin de la journée, au moment où j’ai récupéré pour les ranger les équipements de protection que je lui avais confiés et où elle s’est bizarrement mise à me vouvoyer. Était ce pasque j’étais en civil, alors qu’elle m’avait vu toute la journée en uniforme ?
En tout cas, elle avait l’air très contente de son stage ; et comme elle avait commencé la journée en me laissant entendre qu’elle aimerait bien d’ici quelques années, lorsque l’occasion s’en présenterait, postuler pour venir chez nous, j’en suis d’autant plus satisfait. Mais sur ce dernier point, comme sauf départ imprévu ça ne devrait en principe pas être possible avant cinq ans dans le plus rapide des cas, elle a largement le temps de changer d’avis. Ou de trouver autre chose ailleurs…

This entry was posted in On n'a pas des métiers faciles. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *