Créneau de livraison

J’allais partir ce matin, un peu en retard sur le planning prévu. Je venais de fermer le portail et j’étais remonté au volant du Tonnerre mécanique, quand une camionnette a freiné derrière moi, comme si j’avais été sur la route (bon OK, j’y étais en partie, l’autre partie étant sur le trottoir). J’ai même mis mon clignotant à droite pour lui indiquer clairement que je n’allais pas avancer.
Le gars m’a dépassé et est allé se garer lui-même à cheval sur le trottoir, une vingtaine de mètres plus loin. Je m’apprêtais à déboîter et à le dépasser, quand il est descendu en me faisant des signes avec un bout de papier : à ma grande surprise, il s’agissait du livreur qui était déjà passé deux fois en mon absence ces derniers jours, et à qui j’avais demandé de repasser un aprème précis la semaine prochaine (puisque la livraison le samedi n’était pas proposée sur le site du transporteur).
Bref, cette fois-ci j’ai eu du bol : pour quelques secondes, j’ai récupéré mon colis, et je vais pouvoir (essayer de) suivre l’emploi du temps que j’avais prévu la semaine prochaine.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *