Avenue de la Grande Armée

Drôle de rêve la nuit dernière, dont bien entendu je n’ai plus désormais que de vagues bribes de souvenirs.
J’y rencontrais dans les coulisses d’une GMS ou d’une entreprise agro-alimentaire (le rêve n’était pas très net là-dessus) une jolie blonde nommée Manon Duchamp (que je n’ai hélas pas la chance de connaître dans le monde éveillé). Une fois son service terminé, elle m’avait donné je ne sais plus dans quelles circonstances (il me semble qu’elle me faisait sérieusement du gringue) son numéro de téléphone portable (qui commençait par 09 et se finissait par 102-7 ; j’ai malheureusement oublié au réveil les quatre autres chiffres) et son adresse : 6, avenue Sabaton, 63000 Clermont-Ferrand.
La seule avenue clermontoise dont je me souvienne du nom est celle de l’Union Soviétique, qui si ma mémoire est bonne passe devant la gare (et me semblait-il le quartier Desaix du 92e RI, mais si j’en crois le plan, auquel je viens de jeter un œil et sur lequel pullulent les avenues, elle change de nom juste avant). Mais je doute que l’avenue Sabaton existe, qu’elle tire son nom du groupe suédois ou du terme anglais pour soleret.
Bref, ça m’étonnerait que je retrouve cette dame un jour…

Ce contenu a été publié dans Rêves, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Avenue de la Grande Armée

  1. GCM dit :

    Sabaton non mais, par contre, tu as l’avenue Sablon à Clermont.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.