Kro en résumé : Non merci

Non merci
Alexis Lamiable
© 2020 Electric Goat
ISBN : 978-2-9553055-2-2
82 pages

JdR dans lequel on incarne des personnages qui NE VEULENT PAS vivre des aventures, mais se complaisent dans leur petite vie paisible, normale, respectable, au sein de leur communauté qui verrait ces fantaisies d’un très mauvais œil

Le sujet est traité sous un angle plutôt humoristique qui aurait à mon avis gagné à être atténué.
Les règles n’emploient que des D6 et tiennent en une dizaine de pages aérées, création de persos comprise. Le chapitre de conseils au MJ est un poil plus long. Bien que des règles soient prévues pour faire évoluer les persos, le jeu est plutôt fait pour des scénarios isolés.
Il y a trois scénarios (non-aventures) dans le bouquin : un dans un petit village anglais d’il y a environ un siècle, où la grand-tante des persos, récemment décédée, sort de sa tombe ; un qui peut se dérouler dans le même cadre et où les persos participent à un concours de « culture de prunes » (sic) et où les vergers de la plupart des concurrents sont victimes d’évènements bizarres ; et un qui se passe à Roswell en 1997 (cinquante ans après le prétendu OVNI) et dans lequel les persos sont des ET rescapés du crash et vivant depuis cachés au sein de la société américaine (le concept m’a évoqué la BD Resident Alien, mais la ressemblance s’arrête là).

Tout ça est vite lu, plutôt plaisant, mais les scénarios proposés ne sont hélas pas à mon goût (j’aime pas le fantastique).
Et puis j’ai peur que ça devienne très vite lassant. Passée la découverte dans laquelle on s’efforce de jouer un individu banal se fondant dans la société dans laquelle il vit, et le premier scénario qui le confronte à des évènements dont de toutes façons il ne veut pas, on doit assez vite en avoir fait le tour. Je ne joue pas pour vivre une vie terne en tentant d’échapper au qu’en dira t-on des voisins et à des évènements qui risqueraient de m’attirer des ennuis. Et même si on veut jouer un membre « normal » d’une société plus ou moins exotique, la possibilité d’aventures est un plus en JdR : l’exotisme culturel ne fascine qu’un temps.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.