Comme à Gr(av)el(ott)e

Gros orage de grêle tout à l’heure. Ça a duré bien trop longtemps à mon goût. Quand je suis sorti environ trois quarts d’heure plus tard faire un tour de jardin pour voir s’il y avait du dégât, j’ai retrouvé des grêlons d’un fort beau gabarit, dont un à peu près aussi gros que la dernière phalange du pouce de ma main la plus petite, soit dans les trois centimètres et demi sur son grand axe (j’ai regretté de ne pas avoir pris l’appareil photo).
A priori il n’y a pas de gros dégâts, ce qui a le plus morflé semble être le basilic, qui (sans doute malheureusement pour lui) était lui aussi d’un fort beau gabarit. On verra mieux ça demain au grand jour : ça ne serait pas la première fois que les dégâts d’un orage de grêle vespéral ne me sautent pas immédiatement aux yeux.

EDIT de 22h45 : eh merde, ça recommence, mais là ils ont l’air encore plus gros…

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.