Un paquet libéré

Suite de l’épisode d’hier : sans réelle surprise, le service réclamations du lamentable transporteur ne m’a pas répondu dans les 24 heures (il ne m’a toujours pas répondu, d’ailleurs). C’est vraiment Une Poutine de Saloperie de boîte de merde (une opinion que j’ai à leur sujet depuis longtemps, mais qui ne fait que se confirmer au fil du temps).
Par contre, comme je le présumais le colis (endommagé, mais le contenu était intact) avait bien dû être réceptionné par la voisine, et je l’ai récupéré aujourd’hui. Du coup, j’hésite sur la conduite à tenir : est ce que je continue à perdre du temps et de l’énergie à pourrir le service réclamations, ou est ce que je laisse pisser pasque ce temps et cette énergie seront mieux employés ailleurs ? Je pense que ça va être la deuxième solution ; mais quelque part, c’est une démission et ça m’embête d’en arriver là.

This entry was posted in Ma vie est un drame. Bookmark the permalink.

2 Responses to Un paquet libéré

  1. Rappar says:

    Continue de les pourrir, jusqu’à ce que la hiérarchie transmettre au livreur “quand tu laisses chez la voisine, laisse un message”. Si personne ne dit rien, il ne risque pas de changer de comportement :(

    • Imaginos says:

      Mouais, si j’étais plus jeune et bourré d’énergie, je l’aurais sans doute fait. Là, j’ai mon paquet, c’est l’essentiel (j’ai aussi les suivants déposés au même endroit par un concurrent, que je soupçonne par contre d’avoir essayé de me joindre par téléphone avant de livrer), j’ai pas la niaque pour m’emmerder avec ça. Je vais plus m’emmerder moi-même que je vais les emmerder. C’est malheureux, mais c’est comme ça.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *