Deux roses à la brune, noires sur fond de lune

Mimi Perrin est morte la nuit dernière.

Je la connaissais pour être la talentueuse traductrice de quelques poèmes parus dans la Grande anthologie de la fantasy.

Moi qui suis particulièrement sensible à la qualité des traductions depuis l’anglais (et surtout, à leur absence quasi-générale de qualité, et ça n’a pas l’air d’aller en s’arrangeant), et qui ne suis par ailleurs pas particulièrement amateur de ce genre indéfinissable qu’on nomme la fantasy, j’avais bien apprécié son boulot.
À commencer par sa V.F. du poème de William Morris Two red roses across the moon, en français Deux roses à la brune, rouges sur fond de lune.

Ce contenu a été publié dans SF, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.