You know, your coat is kinda a brownish color

Y a parfois des avis qui font particulièrement plaisir. Et qui me donnent un vague sentiment de satisfaction lié au fait que la bonne parole que j’ai inlassablement prêchée a été entendue…
Dommage que le grand public américain, et les gens qui financent, n’aient pas été de cet avis.
Mais comme le constate si bien notre nouvelle recrue à manteau brun : la série se mérite.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, J'ai pas la télé, Références cryptiques, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à You know, your coat is kinda a brownish color

  1. Alias dit :

    On discutait récemment, sur un autre blog, de séries qui ne savent pas s’arrêter. Peut-être en fait que la fin prématurée de Firefly aura été une bonne chose.

    • Imaginos dit :

      Je suis d’accord pour dire que si la série avait duré, elle aurait tôt ou tard fini par me déplaire, car mes attentes, mes goûts, auraient probablement différé de la direction dans laquelle Whedon allait se diriger).
      Mais pour du prématuré, c’est du prématuré ! Il y avait peut-être un juste milieu à trouver…

  2. Vaken dit :

    Pour le « la série se mérite », je n’ai fait que te citer ;-)
    Je ne sais pas si ça devait durer ou non. Mais il est clair que ça ne finit même pas en queue de poisson. Ca ne finit pas du tout. Un tas de questions sont restées en suspens.

    Un truc comme « The Pretender », par exemple, avait été refermé par un double épisode spécifique après la décision d’arrêter prématurément. Il me semble que c’est quand même la moindre des choses à faire pour ceux qui suivent.

    Mais bravo, tu as réussi à vaincre mon inertie ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.