L’enfer, c’est les autres

Parmi les albums que j’attendais de pied ferme cette année, figurait le nouveau Delain, We Are the Others.Depuis leur premier album, je suis convaincu qu’ils ont l’étoffe d’un GRAND groupe, et leur précédent disque me l’avait confirmé.
Du coup, je serais presque un peu déçu de constater que, si cette nouvelle galette, qui continue dans la digne lancée de ses deux prédécesseurs, figurera sans difficulté parmi les tous meilleurs disques de 2012, elle reste quand même un cran en dessous de l’album de Sabaton (lui même plusieurs crans en dessous de celui de Yotangor, qui me semble vraiment être hors catégorie).

Un petit extrait pour la route (déjà disponible depuis un moment, et que j’avais d’ailleurs déjà montré sur cet écran fin avril) :

Ce contenu a été publié dans Zique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’enfer, c’est les autres

  1. Alias dit :

    Tiens, coïncidence, je vois ta kro juste après avoir posté la mienne. J’aime bien cet album, même si à mon avis il est ultra-commercial (mais ultra-bien fait).

    • Imaginos dit :

      Ça ne me dérange pas qu’il soit « commercial » s’il est bon. Or il est TRÈS bon. :-)
      (je ne suis pas convaincu par contre qu’il soit si commercial que ça)
      Je ne fais pas partie de ces puristes pour lesquels vendre un disque au grand public est une trahison envers le metal… ;-)
      Au contraire, tout ce qui pourrait permettre de sortir ce genre de musiques du ghetto dans lequel les bien-pensants qui verrouillent les médias les cantonnent est une bonne chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.