NaSceWriMo n° 7 : un scénario contemporain clé en mains (ou presque)

C’est pas le tout, mais cet intermède Dark Conspiracy est lié à l’actualité des parutions rôludiques, mais n’était pas prévu dans ma série d’essais initiale destinée à tester les limites du Giannirateur de scénarios, puisque ce que j’avais l’intention de faire après mon scénar laelithien, c’était un scénar pour du contemporain sans fantastique, un domaine qui me parait plus restrictif que le med-fan’.

Premier tirage : GURPS Dragons, p 115 : allez, soyons ambitieux, je choisis Steiner (c’est-à-dire l’occultiste Rudolf Steiner). Je sais bien qu’il est mort en 1925, mais j’ai une idée derrière la tête…
Deuxième tirage : GURPS Cliffhangers, 2nd edition, p 122 : c’est une page de biblio… Mais elle mentionne plein d’endroits de la planète, et je choisis finalement la Mongolie.
Troisième tirage : Bayern, pour 2300 AD, p 14 : c’est la description du vaisseau spatial Bayern… Allons y pour un auditorium.
Quatrième tirage : Red Star Lone Star, pour Twilight: 2000, p 13 : U.S. citizens of Mexican descent.
Cinquième tirage : Hammer’s Slammers, pour Rikki-Tikki-Traveller, p 37 : ah zut, une page de tables pour création de persos… Le seul lieu mentionné est behind enemy lines.
Sixième tirage : Thystram’s Collectanea, pour Talislanta, p 54 : le bouquin est un recueil de créatures exotiques, et c’est la page consacrée à l’ogront, un gigantesque pachyderme herbivore couvert de piquants… Disons a most nutritive type of fertilizer.

Résultat :
Rudolf Steiner envoie les PJ en Mongolie pour chercher un auditorium. Les PJ devront affronter des citoyens américains d’origine mexicaine derrière les lignes ennemies. Un élément majeur du scénario sera un engrais particulièrement nutritif.

Évidemment, tel quel ça ne rime à rien, ne serait ce que pasque Steiner est mort il y a longtemps (un auditorium encore, ça doit ptêt pouvoir se démonter et se transporter…). Mais quelques retouches permettent d’obtenir une intrigue exploitable :
Les PJ sont membres d’une ONG, ou employés par elle (comme agents de sécurité, travailleurs de force, etc…). Cette ONG vise à développer l’agriculture biodynamique (inspirée par les travaux de Steiner) dans le monde. Les PJ font partie d’une mission qui parcourt la Mongolie pour y exposer les principes de la biodynamie aux paysans locaux, rassemblés dans des auditoriums (tout ceci respecte presque au pied de la lettre les principes du Giannirateur : Rudolf Steiner (ou du moins, son héritage spirituel) envoie les PJ en Mongolie pour conquérir un auditorium, ou plus précisément, le public d’un auditorium).
Rappelons que la Mongolie n’est guère propice à l’agriculture : aussi les agronomes de l’ONG comptent-ils beaucoup sur l’utilisation des déjections des troupeaux des éleveurs nomades (bouse de chameau ou de yak, crottin de cheval) comme engrais miracle, après un processus de fermentation.
Mais si le sol mongol est pauvre, le sous-sol, lui, est beaucoup plus riche, et contient en particulier du pétrole, jusqu’à présent inexploité ; mais l’épuisement des réserves planétaires rend désormais rentable le percement de puits sur les terres que l’ONG voudrait convertir à l’agriculture, et une multinationale américaine a commencé à prospecter. Isolés du gros de la mission resté à Oulan-Bator et en plein sur le « territoire » des pétroliers, les PJ (et éventuellement quelques PNJ) auront violemment maille à partir avec des gros bras latinos de la multinationale, qui veulent les impressionner pour qu’ils quittent le pays sans poursuivre leurs objectifs agronomiques.

Bon, c’est pas extraordinaire comme scénar ; si on enlève l’habillage, c’est même une situation très classique. Mais une fois encore, le Giannirateur a donné un résultat exploitable.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.