NaSceWriMo n° 20 : un scénario clé en mains (ou presque) pour James Bond

Reprenons notre série…

Le D20 donne à nouveau 16 : détruire, tuer.

Premier tirage : GMs Companion, pour Millenium’s End, p 50 : petty robbers.
Deuxième tirage : Le livre des règles, pour Les Terres de légende : la tombe où [un roi légendaire] repose.
Troisième tirage : Mediterranean Cruise, pour Twilight: 2000, p 41 : standard Warsaw Pact small arms.
Quatrième tirage : Demons, dans la série Role Aids pour AD&D, 46ème page des fiches de monstres : a Skill 18 Ranger.
Cinquième tirage : Game Master’s Screen, pour Rikki-Tikki-RuneQuest, face MJ, quatrième volet : underwater.
Sixième tirage : GURPS Swashbucklers, 2nd edition, p 79 : bubonic plague.

Résultat :
Des petits malfrats demandent aux PJ d’aller dans la tombe où un roi légendaire repose pour y détruire des armes légères standard du Pacte de Varsovie. Les PJ devront affronter sous l’eau un ranger très doué. Un élément majeur du scénario sera la peste bubonique.

Voilà un scénario contemporain, par exemple pour James Bond. L’intrigue se passe en Asie centrale, après l’éclatement de l’Union Soviétique ; par exemple au Kirghizistan. Les petits malfrats sont des informateurs locaux du MI6. La tombe sert de cache d’armes pour un trafiquant d’armes qui alimente des groupes terroristes de la région (éminemment sensible, surtout avec la présence des troupes américaines à Manas). Accessoirement, l’activité de ces terroristes (et/ou celle du trafiquant) gêne celle de nos malfrats, et c’est peut-être surtout ça qui les a motivés pour prévenir le MI6… Le ranger est évidemment un ancien militaire américain des United States Army Rangers, et faisait partie de l’élite de cette unité d’élite. Il travaille désormais pour le trafiquant, auprès de qui il exerce des fonctions du genre conseiller militaire ou chef de la sécurité. L’affrontement aura lieu sous l’eau, peut-être parce que l’accès à la tombe se fait via une galerie immergée (débouchant peut-être dans le lac Issyk-Koul). La peste bubonique est endémique en Asie centrale, le bacille de Yersin survivant dans le sol des terriers des Rongeurs (on parle de peste endogée) ; et bien entendu, la tombe elle-même en est plombée (ce qui a peut-être donné naissance à la légende d’une malédiction du roi légendaire qui frapperait les profanateurs de sa sépulture, malédiction qui tient les curieux à l’écart du lieu et a permis au trafiquant d’y entreposer son stock en toute quiétude).
Reste encore à trouver le nom d’un roi légendaire qui aurait été enterré sur les rives de l’Issyk-Koul, mais là, mes maigres connaissances en matière d’histoire du Kirghizistan ne suffisent plus. Il faudrait peut-être chercher dans cette direction… Sinon, au pire, on peut toujours inventer un quelconque khan turco-mongol.
Il n’y a plus qu’à ajouter une séquence prégénérique, une ou deux James Bond girls, un complot plus vaste et des scènes en deux autres endroits du globe, et voilà un scénar James Bond complet…

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *