Bonus : un scénario cyberpunk clé en mains (ou presque)

Voilà, le NaSceWriMo est terminé, en avance. Avant d’en faire le bilan, je vais essayer de sortir quelque chose pour le contexte que je voulais exploiter mais n’ai pas eu l’occasion de mettre en scène(ario).

9 sur le D20 : vendre (échanger, se débarrasser de).

Premier tirage : Paranoia V.F. deuxième édition, p 63 : machines douées d’intelligence.
Deuxième tirage : Military Vehicles, pour Rikki-Tikki-Traveller, p 84 : under the hull.
Troisième tirage : a/state, p 200 : ceramic blade.
Quatrième tirage : Martial Arts 2100, pour Transhuman Space, p 11 : fighters with combat training and technologically boosted nervous systems.
Cinquième tirage : GURPS Japon V.F., p 82 : grand sanctuaire d’Ise.
Sixième tirage : Ironclads and Ether Flyers, pour Space 1889, p 103 : c’est une fiche de navire éthérique… Allez, je prends un des rares mots qu’elle comporte : nationality.

Résultat :
Des machines douées d’intelligence demandent aux PJ d’aller sous la coque se débarrasser d’un couteau à lame de céramique. Les PJ devront affronter des combattants entraînés au combat et au système nerveux technologiquement accéléré dans le grand sanctuaire d’Ise. Un élément majeur du scénario sera la nationalité.

Comme l’indique le titre du billet, ce sera un scénario pour du cyberpunk « traditionnel » tel qu’on le pratiquait à la fin des années ’80 ou au début des années ’90.
Le résultat ne demande guère de lissage : les machines douées d’intelligence sont des I.A. (intelligences artificielles). Le couteau est probablement l’arme d’un crime. Sous la coque, car ça se passe au moins en partie à bord d’une embarcation ; ça veut dire simplement qu’il faut jeter l’arme par dessus bord en pleine mer. Le système nerveux technologiquement accéléré, ce sont des réflexes câblés. Le grand sanctuaire d’Ise est au Japon, et non loin de la mer qui plus est. La nationalité pourrait avoir un rapport avec le nationalisme japonais des combattants câblés et des fidèles du sanctuaire shinto. Reste à déterminer à quel crime le couteau a servi, et pourquoi les I.A. s’en mêlent elles. Peut-être qu’elles ont fait assassiner leur propriétaire japonais pour obtenir leur liberté (et peut-être qu’elles comptent au passage demander une quelconque nationalité, par exemple pour échapper à la justice japonaise qui les considère peut-être comme des personnes responsables de leurs actes et devant laquelle elles risquent d’être purement et simplement détruites) ? Le couteau est peut-être unique en son genre, et lié d’une façon ou d’une autre (par l’imprimante 3D qui l’a produit ?) à l’une des I.A..

Voilà encore une fois où le Giannirateur de scénarios donne quelque chose de facile à exploiter, même en tenant compte du fait que le type de contexte était imposé.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Bonus : un scénario cyberpunk clé en mains (ou presque)

  1. 贾尼 dit :

    J’étais au CNJ cette après-midi, entouré de centaines de jeux de plateau et du coup je me suis dit : « et si j’utilisais le Giannirateur avec des jdp ? »
    Aussitôt dit, aussitôt fait. Voici les résultats :
    D20 – 20: au choix
    NPC1 – Feudo (ZMan Games): a mercenary
    NPC2 – 7 Wonders (Repos): la Guilde des espions
    LOCATION1 – l’Âge des Dieux (Asmodée): un territoire côtier
    LOCATION2 – Attack! (Eagle Games): Ukraine
    PERSON/OBJECT – Timbuktu (Queen games): Karawane
    MISC – Héros du monde (Sirius): la Grande muraille de Chine

    Résultat :
    Un mercenaire demande aux PJ d’aller dans un territoire côtier pour escorter une caravane. Les PJ devront affronter la Guilde des espions en Ukraine. Un élément majeur du scénario sera la Grande muraille de Chine.

    Mouaif. Je ne suis pas sûr que cela m’inspire plus que ça. Puis l’Ukraine c’est quand même bien loin de la Chine.

  2. Imaginos dit :

    C’est pourtant simple ! :-)
    C’est un scénar pour James Bond. Et ce qui est formidable, c’est que tu as au moins TROIS lieux différents, comme dans un film de James Bond normal.

    Les liens entre le mercenaire et le MI6 sont à définir ; j’ai déjà utilisé le coup des informateurs dans mon propre scénar, alors on pourrait dire que c’est une compagnie de sécurité privée, du type de (anciennement) Blackwater, sous contrat avec le gouvernement britannique.
    La rencontre entre le mercenaire et les PJ fait l’objet de la séquence prégénérique. On pourrait la situer dans un quatrième lieu, ça serait encore meilleur.
    Le territoire côtier, je verrais bien la Somalie aux mains des shebabs. La caravane est par exemple humanitaire, mais contient (ou va contenir) quelque chose de suffisamment important pour qu’on envoie le MI6 en assurer la protection. Pourquoi pas une carte des gisements de pétrole somaliens, de plus en plus convoités à l’heure où les réserves s’amenuisent de plus en plus ; Londres table sur la stabilisation du pays à moyen terme et veut d’ores et déjà placer les pions de ses entreprises.
    Pendant le trajet avec la caravane, les PJ découvrent des manigances plus graves pour la planète ; une histoire de financement des milices islamistes somaliennes par des capitaux venant de l’ancienne Union Soviétique. Non seulement ça ne va pas dans le sens d’une stabilisation de la Somalie, mais ça fait peser une menace sur les Occidentaux du Pakistan au Sahara occidental, et jusque dans les villes européennes avec les attentats terroristes. Les PJ vont donc tenter de remonter la filière de cet argent.
    Ceci les amène dans un premier temps en Ukraine. Si tu fais jouer ça dans deux ans, il y a les Jeux Olympiques d’Hiver pas loin, à Sotchi (qui est en Russie, certes), ça peut être l’occasion d’un détour pour une chouette poursuite à skis, ou en luge hors piste. En Ukraine, les PJ vont se frotter à un service secret concurrent qui est sur la même piste qu’eux : par exemple, le Qingbao, le service de renseignements militaire chinois. Dans un premier temps, les espions des deux camps vont s’opposer, avant de se rendre compte qu’ils ont des intérêts communs et de se mettre à coopérer. En effet, l’argent dont les PJ cherchent à découvrir l’origine alimente également les mouvements islamistes en Chine (Ouïghours en particulier). Ce qui permet d’amener l’enquête des PJ vers la Chine (et là, tu places ta Grande Muraille ; par exemple dans le grand final, avec une poursuite et un combat contre le grand méchant).

    Il y a un peu de travail à fournir pour préparer tout ça, mais pour moi, le Giannirateur a une fois de plus fonctionné. :-)

    • Imaginos dit :

      Ou sinon, ça pourrait aussi se passer sur la route de la soie, pour un périple à la Marco Polo. Certes, cette route ne passait pas par l’Ukraine, mais les Vénitiens avaient un certain nombre de ports en Crimée au début du XIIIème siècle, me semble t-il, alors pourquoi les Polo (ou leurs équivalents PJ) n’iraient ils pas y faire un petit détour ?

      • 贾尼 dit :

        Pas mal le scénario Jamesbondien. J’avais justement pensé à la Chine des Yuán au départ, mais je ne trouvais rien de bien palpitant. Je ne suis vraiment pas doué pour les scénars contemporains/futuristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.