Rapparthon n° 15 : un scénario clé en mains (ou presque) sur Vingta

Le Rapparthon touche à sa fin, je vais essayer de boucler ça ce soir mais rien n’est joué.
Nous arrivons à l’avant-dernière planète, Vingta : Cthulhu + Daredevils + Indiana Jones. J’ajoute à ma liste d’ouvrages potentiellement sélectionnables tout ce qui est entre deux guerres, et c’est parti.

Le D20 indique 18 : se sacrifier pour.

Premier tirage : Manuel du gardien, pour L’appel (à tarte) de Cthulhu, p 53 : une tribu de Canaques.
Deuxième tirage : Terreur sur l’Orient-Express, pour L’appel (avec un manche) de Cthulhu, p 105 : Londres.
Troisième tirage : Green and Pleasant Land, pour Call of Cthulhu, p 61 : Dr Freud.
Quatrième tirage : Glozel est Authentique, pour Call of Cthulhu, p 26 : the modern day Templar Order.
Cinquième tirage : Secrets of the Congo, pour Call of Cthulhu, p 35 : in the Congolese jungles.
Sixième tirage : Death on the Docks, pour Gangbusters, p 2 : one reporter who wants to get a « big scoop ».

Résultat :
Une tribu de Canaques demande aux PJ d’aller à Londres se sacrifier pour le docteur Freud. Les PJ devront affronter l’ordre du Temple dans les jungles du Congo belge. Un élément majeur du scénario sera un reporter qui veut obtenir un « gros scoop ».

Si on veut jouer ça sur Vingta, ça ne pose sans doute pas de problème majeur, mais si on veut transposer ça sur Terre, pas mal de questions restent à résoudre.
D’abord, quel rapport y a t-il entre les Canaques et Sigmund Freud ? Là, j’avoue que je manque un peu d’inspiration. Si on admet l’existence de surnaturel (cthulhien, par exemple), peut-être que Freud a eu l’occasion de psychanalyser un Canaque venu en Europe pour une quelconque exposition coloniale, et que ce faisant, il a découvert des choses indicibles dans ses rêves (car qui dit Canaque dit Pacifique sud, et qui dit Pacifique sud dit Ketulu). Peut-être que du coup, Freud est devenu important pour les Canaques de cette tribu, qui fraient avec des Profonds, et qu’apprenant (par la voie des rêves ou par le journal des blancs) que Freud est gravement malade, ils décident de faire quelque chose pour lui.
Ensuite, qu’iraient faire les PJ dans les jungles du Congo belge ? Ça, c’est plus facile : si Freud est à Londres, nous sommes en 1938 ou 1939, il est atteint d’un cancer inopérable. S’il faut que les PJ se sacrifient pour lui, c’est peut-être en allant à la demande d’un de ses médecins chercher aux fins fonds du Congo une plante dont pourrait être extrait un remède de la dernière chance…
Et puis, que viennent faire les Templiers dans l’affaire, surtout au Congo ? Les PJ seraient ils tombés, dans leurs recherches botaniques, sur le Q.G. secret des survivants de l’Ordre (ou de leurs successeurs), planqué au cœur de l’Afrique (au cœur des ténèbres, pour reprendre les mots de Joseph Conrad) ? C’est quand même un peu gros (mais dans le fond, pas plus qu’un espèce de type à tête de poulpe qui pionce dans des ruines au fond du Pacifique…).
Et pourquoi ce reporter s’attache t-il aux pas des PJ ? Quel scoop espère t-il décrocher ainsi ?
Enfin bref ; ce n’est pas franchement ma tasse de thé, mais si ça vous branche, je pense qu’il y a moyen d’en faire quelque chose.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Rapparthon n° 15 : un scénario clé en mains (ou presque) sur Vingta

  1. Rappar dit :

    Et si ce reporter était Tintin, qui repasse au Congo 7 ans après? Par exemple, il a appris que Rakham le Rouge avait en fait traversé l’Atlantique pour cacher son trésor en Afrique – d’où le scoop. Mais en fait, ce trésor avait lui-même été capturé par Rackam lors d’une tentative des Templiers d’évacuer leurs trésors du Portugal au XVIIe siècle.

    Évidemment, les Templiers sont aussi sur la piste, car Maxime Loiseau est l’un d’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *