Rapparthon n° 4 : un scénario clé en mains (ou presque) sur Renaissa

Le Rapparthon continue avec la planète Renaissa, ainsi présentée par son créateur : « Trois Mousquetaires et Bushido partagent raisonnablement la même époque donc la même planète, mais j’y avais ajouté Warhammer… ». Pour ma part, j’ajouterais bien Red Steel, et tout ce qui est orientalisant, renaissant, cape et épées et/ou marine à voiles historique, entre autres (j’avais même fugitivement envisagé d’ajouter Dying Earth, mais à la réflexion, j’ai laissé tomber : ça doit plutôt se trouver sur Dragona).

Le plus long et le plus pénible avec le Rapparthon, c’est de préparer la liste des bouquins sur lesquels les tirages peuvent porter ; ainsi, je me suis rendu compte que j’aurais pu en ajouter deux ou trois pour le précédent scénario. Tant pis !
En fait, je ne sais pas s’il est plus long de préparer une liste thématique expurgée que de faire les tirages sur la liste complète en relançant ce qui n’est pas approprié…

Le D20 donne à nouveau 11 : défendre (protéger, aider, escorter).

Premier tirage : Old World Bestiary, pour Warhammer, p 82 : a murderess.
Deuxième tirage : Château Drachenfels, pour Warhammer, p 54 : le Château Drachenfels.
Troisième tirage : An Ambassador’s Tales, pour Flashing Blades, p 10 : the Ambassador. Avec ces deux tirages, je ne cherche pas à faire dans la subtilité, ce n’est pas le but de l’opération…
Quatrième tirage : GURPS Swashbucklers, 1st edition, p 33 : duellists.
Cinquième tirage : L’agonie du jour, pour Warhammer, p 118 : la Bibliothèque cachée.
Sixième tirage : Le sang dans les ténèbres, pour Warhammer, p 66 : digne héritier de Grungni.

Résultat :
Une meurtrière demande aux PJ d’aller au Château Drachenfels pour protéger l’Ambassadeur. Les PJ devront affronter des duellistes dans la Bibliothèque cachée. Un élément majeur du scénario sera un digne héritier de Grungni.

Sur Renaissa, je ne sais pas, mais en tous cas c’est un scénario potentiellement utilisable pour Warhammer…
D’ambassadeur du roi de France, l’ambassadeur devient ici celui du roi de Bretonnie.
La meurtrière est peut-être sa maîtresse, peut-être sa femme, peut-être sa mère, peut-être quelqu’un de l’entourage du roi… Avec les intrigues de cour et le dur univers de Warhammer, il n’est pas étonnant que quelqu’un, même à la cour de Bretonnie, ait du sang chaud versé de sang froid sur les mains… Et cela peut être un secret que les PJ ne connaissent pas forcément.
La Bibliothèque cachée deviendrait ici une salle du Château Drachenfels.
Grungni est le dieu de la mine, le principal dieu des nains : la rencontre diplomatique à Drachenfels pourrait avoir pour but d’influencer la politique d’un royaume nain : émissaires bretonniens et impériaux se rencontrent ici, entre les deux pays, pour trouver un terrain d’accord sur le sujet (par exemple, quel candidat au trône du royaume nain en question ils vont soutenir tous les deux). Bien entendu, les intérêts des deux États humains étant divergents, l’accord ne va pas être simple à trouver, et les duellistes sont des spadassins à la solde de la faction adverse.
Il y a quand même un problème avec ce scénar : pourquoi avoir choisi comme lieu de rencontre un château mal famé et peuplé de monstres ? Ah, finalement, ce n’est ptêt pas un scénar pour Warhammer, mais bien un scénar sur Renaissa…

Je suis un peu déçu que rien d’orientalisant ni de naval n’ait été tiré, mais il faut dire que Warhammer était quand même le poids lourd dans le choix d’ouvrages disponible…

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.