Darzee, l’oiseau-tailleur, ne l’aida pas sur ce coup là

Depuis les tristement célèbres illustrations rétro de Christopher Shy pour Transhuman Space, qui était pourtant à l’époque ce qui se faisait en JdR de plus moderne en matière de technologie futuriste, on sait que les illustrations d’un bouquin de JdR peuvent n’avoir qu’un rapport très lointain avec le texte qu’elles accompagnent.
Prenez par exemple la nouvelle édition de Rikki-Tikki-Traveller : non seulement les illustrations des « armures » sont franchement moches, et souvent peu différenciables les unes des autres (même bonhomme, même position, seules les fringues changent), mais je pense qu’elles sont juste là pour qu’il y ait des images.
Voyez par exemple celle de l’entrée Cloth :clotharmourrtt2Le texte précise pourtant bien qu’à partir du TL 10, « [t]his armour […] can be indistinguishable from ordinary clothing ».
Tout est dans le can (et, vue la gueule de l’illustration, j’aurais tendance à employer ce mot dans son sens de « boîte de conserve »).

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.