Téléfauxne(uméro)

Ça fait au moins quatre ou cinq fois qu’en rentrant du boulot, je découvre qu’on m’a appelé en mon absence, toujours depuis le même numéro, un fixe que je ne connais pas et qui n’est absolument pas du coin (mais qui ne figure pas dans l’annuaire).
Ça doit être vachement important pour qu’on insiste comme ça. Mais ça doit surtout être un faux numéro. Ou alors un importun payé pour démarcher téléphoniquement des gens qui ne lui ont rien demandé et n’ont rien à foutre de son sondage ou de ce qu’il veut leur fourguer, mais vu que je suis sur liste rouge, ça reste assez peu probable.
Du temps des téléphones à cadran, je pouvais admettre qu’il était facile de faire un faux numéro. Mais à l’ère des téléphones à touches qui affichent le numéro en cours de composition, j’ai du mal à trouver des excuses à un tel acharnement dans l’erreur.
Je pense que si jamais mon mystérieux harceleur parvient à me joindre un jour (ce qui pourrait finir par arriver, car ces derniers temps il diversifie ses heures d’appel), il va me trouver fort désagréable.

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, Ma vie est un drame. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Téléfauxne(uméro)

  1. Alias dit :

    Probablement du télédémarchage. Tu as essayé d’utiliser les annuaires inversés?

  2. Vaken dit :

    C’est peut-être tout bêtement quelqu’un qui a mis dans son répertoire un numéro qu’on lui a donné, et qui s’est trompé (ou qui avait de trop gros doigts).

    J’ai commencé une collection de messages cocasses ou bizarres reçus en mon absence. Si j’y pense, je t’enverrai la perle de ma collection ce soir (j’en ai eu des plus dingues avant, mais que je n’ai pas gardés).

    • Imaginos dit :

      > C’est peut-être tout bêtement quelqu’un qui a mis dans son répertoire un numéro qu’on lui a donné, et qui s’est trompé (ou qui avait de trop gros doigts).

      J’ai eu droit à ça aussi, à l’époque où j’avais un portable. Avec des messages à caractère professionnel d’un certain Étienne pour un dénommé Patrick, à moins que ce ne soit l’inverse (d’ailleurs, à y repenser je pense que c’était l’inverse), et deux ou trois fois l’intervention d’un troisième larron (probablement avocat ou notaire).
      Malheureusement, ces braves gens ne m’ont jamais appelé quand j’étais en mesure de leur répondre en direct, donc je n’ai jamais pu les détromper (ou me montrer odieux). Mais ça a duré pendant largement plus d’un an, et relativement fréquemment qui plus est.
      À la fin j’en ai eu marre, j’ai pourri le répondeur du type (et j’ai dû lui recommander en fin de message d’apprendre à se servir d’un téléphone, je pense). Mais comme c’était aussi la fin de mon abonnement, je ne sais pas si ça a eu une quelconque efficacité, autre que de me défouler. :-\

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.