Kro en résumé : Colonial Troopers

Colonial Troopers
Original Edition Rules for Hard Sci-Fi Space Adventure Games
Steve Perrin & Thomas Denmark
Night Owl Workshop
© 2016 Night Owl Workshop, LLC
100 pages format digest

JdR de space opera cohérent

Colonial Troopers est un rétroclone conçu pour faire jouer de la SF se voulant globalement cohérente (et dont les inspirations sont à chercher du côté d’auteurs comme Robert Heinlein, Poul Anderson, Isaac Asimov ou Frank Herbert).
Le système est directement dérivé de celui de D&D, avec les six caracs habituelles, des classes (Agent (agent secret), Diplomat, Hunter (chasseur de primes), Mercenary, Pilot, et Trooper (soldat en armure motorisée (à la Étoiles, garde-à-vous ! et ses imitateurs))), des niveaux, des XP, des dés de vie, des jets de sauvegarde, etc…
Outre les humains, on peut jouer des Rackni (arachnoïdes surnommés Bugs), des Lur (énormes créatures centauroïdes), des Zassarians (sorte d’hommes-lézards) ou des Synthétiques (artificiels, comme leur nom l’indique). Il y a aussi des grands méchants, les Xénophormes, capables de prendre l’apparence des humains (entre autres) et qui leur ont d’ailleurs fait beaucoup de tort aux yeux des autres espèces en commettant diverses exactions sous cette apparence, et contre lesquels une guerre interstellaire majeure a été conduite, qui s’est terminée récemment en laissant bien des champs de ruines.
Côté technologie, il y a des télécommunications PVQL et des vaisseaux spatiaux PVQL eux aussi. Les armes à distance sont principalement des armes à feu (il y a aussi des armes à plasma (blasters), mais pas de lasers (il y en a pour les vaisseaux spatiaux)).
Les pouvoirs psioniques sont accessibles à tous (c’est un choix qu’on fait quand on monte de niveau, mais ça se fait au détriment des points de vie). Leur nombre par perso est limité.
Les règles à proprement parler sont assez courtes. Y a pas vraiment de règles de combat spatial, pasque ça n’est pas le centre d’intérêt du jeu, mais il y a un supplément sur le sujet (Knight Hawks, comme la boîte de Star Frontiers sur le même thème), qui n’existe qu’en version *.pdf et que je ne me suis donc pas procuré.
Le catalogue de monstres est étonnamment court. Quelques mondes de types variés sont présentés. Il y a une ébauche de scénario, pas tellement à mon goût, et une biblio squelettique (huit titres, de Robert Heinlein, Poul Anderson, Frank Herbert, Isaac Asimov et Andre Norton).
Un petit jeu simple mais pas extraordinaire, avec des règles pas forcément les plus adaptées au genre traité (FrontierSpace par exemple, aux règles certes moins dépouillées, me parait un choix bien meilleur, si vous voulez éviter GURPS évidemment).

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Kro en résumé : Colonial Troopers

  1. GCM dit :

    J’avais déjà Supers de Night Owl Workshops. Voilà que je viens de me commander les 4 autres. Je ne te remercie pas.

    • Imaginos dit :

      Supers ? Je suppose que tu parles de Guardians, sur lequel j’ai fait sciemment l’impasse, faute d’intérêt pour les super-héros.
      Par contre, de chez Night Owl Workshop mais pas encore présentés sur cet écran, j’ai aussi les suppléments Beasties et Beasties II… Tu risques de ne pas me remercier une fois de plus ! ;-)

  2. Gianni dit :

    Dans le genre « SF mais avec un système tiré de D&D » j’ai bien aimé Machinations of the Space Princess.

    • Imaginos dit :

      Pas encore lu, mais ça pourrait bien se faire d’ici quelques temps.
      Faudrait quand même que je lise LotFP avant, okazou les liens entre les deux ne se limiteraient pas aux titres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.