L’heure des bilans (1) : 2020 en JdR

L’année 2020 étant enfin terminée, il est temps d’en tirer le bilan, en commençant comme d’hab’ par le domaine rôludique.

Et comme d’hab’ aussi, on commence avec les décès. 2020 en a eu plus que son lot dans tous les domaines, et le JdR n’a évidemment pas été épargné. Sauf oubli de ma part au moment du recomptage, j’en ai recensé onze de notables (soit nettement plus que les années précédentes), dont Kim Eastland, Brian Blume, Jim Holloway et Len Lakofka.

Côté parutions intéressantes, je n’ai pas l’impression que la situation sanitaire ait beaucoup impacté la production rôludique dans son ensemble : je me suis procuré en 2020 un poil moins de 70 jeux et suppléments (en comptant les machins © 2019 mais parus plus tard et les financements participatifs sortis en 2020 mais datant pour certains d’avant, et en oubliant peut-être certains trucs sortis en *.pdf en 2019 mais parus en dur en 2020 seulement).

En français, y a eu le bouquin de contexte, la carte et l’écran pour le nouveau Berlin XVIII. Je n’ai bien entendu pas encore eu le temps de lire tout ça, mais je vous ai déjà dit le mal que j’en pensais au premier abord. Il y a eu aussi Cœurs vaillants et son supplément, Non merci, et les cartes de la Passe du Dragon. C’est donc plutôt une bonne année.

Le reste était donc en anglais.

Le gros morceau est constitué par GURPS, avec 29 titres (dont 19 en *.pdf), mais ce total est trompeur : d’une part, il comprend les douze micro-suppléments du GURPS 2020 PDF Challenge, ce qui signifie qu’il n’y a eu en dehors de ça que sept petits machins *.pdf cette année, alors que d’habitude on tourne plutôt sur du un par mois (et souvent plus gros que ce qui est sorti en 2020) ; et d’autre part, sur les dix suppléments parus en dur, seuls deux viennent de chez SJG (deux machins en impression à la demande pour Dungeon Fantasy) : le reste, c’est cinq machins pour Dungeon Fantasy issus d’un financement participatif de chez Gaming Ballistic en 2019, et les nouvelles éditions de GURPS Prime Directive (en deux volumes) et de son supplément Federation, chez Amarillo Design Bureau. Sachant que sur les dix-neuf machins *.pdf, sept appartiennent à diverses sous-gammes Dungeon Fantasy, on peut faire le triste constat que cette année encore, GURPS, ce n’est quasiment plus que Dungeon Fantasy. Et comme à côté de ça SJG développe sa gamme The Fantasy Trip qui occupe grosso modo le même créneau, autant dire que GURPS n’est plus qu’un jeu mourant, artificiellement maintenu en vie par la micro-édition *.pdf qui permet à l’éditeur de produire des machins si courts qu’ils en sont le plus souvent sans réel intérêt. Ce n’est pas nouveau certes, puisque ça fait des années que je fais peu ou prou le même constat, mais j’ai le sentiment que ça s’aggrave.
On notera quand même, pour finir sur une note positive, que l’un de ces machins *.pdf était d’une qualité nettement supérieure au reste : il s’agit de Cold Shard Mountains, paru en février dans la sous-gamme Dungeon Fantasy Setting ; mais il fait 58 pages au lieu de la dizaine désormais habituelle, ça aide…

D’habitude, l’autre gros morceau c’est Traveller. Mais cette année et malgré un planning comme toujours très ambitieux annoncé en tout début d’année par Mongoose, il n’y a eu qu’une seule et unique parution en dur dans la gamme Rikki-Tikki-Traveller : Behind the Claw, que je n’ai toujours pas eu le temps de lire. Mongoose a certes sorti un paquet de machins en *.pdf, huit en tout ; mais comme ils sont en principe destinés à avoir tôt ou tard droit à une édition papier, je n’ai pas investi à ce format.
Mais, même si avec cinq suppléments on ne peut pas vraiment parler de gros morceau, le jeu qui vient en deuxième position est presque Traveller, puisqu’il s’agit de Cepheus Engine, et plus précisément de la gamme Hostile, qui poursuit tranquillement son développement.

Viennent ensuite la quatrième édition de Warhammer, avec quatre sorties (a dû y en avoir plus en *.pdf, mais c’est toujours pareil, moi j’attends les versions papier), et le nouveau RuneQuest, avec trois sorties (dont une non officielle publiée sous l’étiquette du Jonstown Compendium), plus les cartes de production française mentionnées plus haut.
À deux titres, on trouve Alien RPG, Mythras (avec l’adaptation de Lyonesse et un scénario pour icelle), Star Trek Adventures (là aussi il y a eu du *.pdf dont j’attendrai bien tranquillement la version papier), et Call of Cthulhu (avec deux rééditions pour la nouvelle édition du jeu : Cthulhu Dark Ages et Harlem Unbound, le second n’étant pas publié par Chaosium mais par Darker Hue Studios).
Le reste, c’est une demi-douzaine de suppléments isolés (pour Dead Reign, DCC Lankhmar, The Expanse, FrontierSpace, Stalking the Night Fantastic, et le Metallic Tome de Rafael Chandler, au financement duquel j’avais participé), et autant de nouveaux JdR, dont Cyberpunk Red, la quatrième édition de Cyberpunk, et le nouveau Zorro RPG, issu d’un financement participatif (les autres, c’est deux JdR de SF spatiale, un post-cata et un western, achetés pour la collec’).
On a aussi failli avoir une version augmentée du Tékumel Sourcebook, mais la Tékumel Foundation a refusé de donner son feu vert. Je me demande vraiment en quoi cette foundation soutient et promeut le monde de Tékumel (ce qui était pourtant censé être son rôle), car elle semble plutôt le maintenir de force au fond d’un caveau, mais ça n’est hélas pas nouveau.
Et y a rien eu (ou du moins, rien eu d’intéressant) chez FGU.

Parmi les autres parutions intéressantes de l’année, on a comme d’habitude eu droit à des réimpressions ou des ressorties en *.pdf de vieilleries plus ou moins obscures, mais comme j’avais déjà les versions originelles de celles qui auraient pu m’intéresser, je n’ai bien entendu pas jugé utile de me procurer ces copies récentes et ne puis donc vous les énumérer (il y avait quand même dans le lot deux numéros du MegaTraveller Journal, dont j’espérais (pour vous ; moi j’ai les originaux) qu’ils annonçaient enfin le déblocage de l’ensemble des productions travelleriennes de DGP ; mais ça n’est toujours pas le cas).
Pareil pour les V.F. : j’en reste aux V.O., c’est moins cher, y a pas de problèmes de traduction, et je ne risque pas de me retrouver avec une gamme dont seule une partie aurait été traduite…

Du côté des financements participatifs réussis mais non encore livrés (même si pour certains on a déjà eu des *.pdf), ont été lancés en 2020 des adaptations d’œuvres variées (Altered Carbon, Aquablue, Empire of the East (pour DCC), Metro 2033, Stargate SG-1, Légendes du Nouveau Soleil), un supplément en boîte pour DCC Lankhmar, une nouvelle édition de Twilight: 2000, et le JdR adapté des BD franco-belges The Troubleshooters. Il y a aussi eu un financement raté (et auquel de toutes façons je n’avais pas participé) pour un JdR sur Goldorak (JdR qui devrait sortir quand même).
Il aurait également dû y en avoir un pour une adaptation de Dying Earth à DCC, et il y en a en principe un dans les tuyaux pour une réédition des Miroirs des Terres Médianes (annoncé depuis 2019), mais on les attend toujours… Pas de nouvelles non plus de celui pour une nouvelle édition de Blue Planet, qui devait être lancé en 2019.
Je vous passe la fastidieuse énumération des financements anciens dont on attend toujours que le résultat final nous soit fourni (Laelith, par exemple, qui aurait dû être livrée en 2017… le nouveau Ptolus, que je n’ai pas financé puisque la première édition ne m’avait pas convaincu mais qui est annoncé pour mars, sortira probablement avant…). Je vous passe aussi les financements signalés ici-même mais auxquels je n’ai pas participé.

Je ne suis plus du tout la presse spécialisée, les seuls périodiques dont je peux vous toucher quelques mots sont des zines disponibles gratuitement en ligne : le Frontier Explorer continue à paraître régulièrement (quatre numéros par an). Le zine mystarien Threshold a sorti deux numéros. Stranger Tales aussi (alors que le numéro 4, paru en 2019, aurait dû être le dernier). Le Cepheus Journal, un nouveau zine consacré comme son nom l’indique à Cepheus Engine, en est à trois numéros en moins de six mois. Mais globalement, j’ai l’impression que le fanzinat n’a pas été très vivace en 2020.

Côté littérature spécialisée, sont sortis en 2020 le troisième volume de la collection Sortir de l’auberge : La boîte à outils du meneur de jeu, Le petit guide du jeu de rôle en solo, une histoire du JdR en français : La grande aventure du jeu de rôle, et The Elusive Shift, de Jon Peterson, dont nous devrions reparler d’ici quelques temps puisque j’en ai commencé la lecture.

Pour finir en abordant, une fois n’est pas coutume, mon cas personnel, l’année aura été mauvaise : une seule partie sur table (mais pas sur table de style), une partie par forum, et c’est tout. Un supplément pour MEGA 5 dont la rédaction est encalminée pour tout un tas de raisons indépendantes de ma volonté (mais dont il me tarde d’être débarrassé), pour lequel je n’aurai produit qu’un poil plus de deux chapitres (sur un total de onze ou douze restant à écrire). Y a que ma collectionnite qui n’aura pas trop souffert… Ah, et puis aussi, le second volume du recueil de scénarios des quarante ans du jeu de rôle a fini par sortir, et j’en avais placé trois dedans.

Voilà pour ma rétrospective 2020 en JdR…

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.