Rapparthon n° 14 : un scénario clé en mains (ou presque) sur Aurora

Plus que trois planètes pour boucler le Rapparthon…
Nous voici sur Aurora : Chill / Cthulhu by Gaslight / Maléfices 1900 / Space 1889. J’ajoute pour faire bonne mesure tout ce qui est steampunk et/ou victorien. J’évite le Far West, mais l’idée m’a plus qu’effleuré.

Le D20 roule : 6 : explorer (découvrir, étudier, inventer). Ça colle plutôt bien avec le steampunk…

Premier tirage : GURPS Steampunk, p 76 : a Victorian tinkerer.
Deuxième tirage : GURPS Goblins, p 142 : Den of Iniquity.
Troisième tirage : Le bestiaire, pour Maléfices, p 93 : la Bête du Gévaudan.
Quatrième tirage : Red Sands, pour Savage Worlds, p 50 : black marketers.
Cinquième tirage : Forgotten Futures, p 22 : in Spain.
Sixième tirage : Beastmen of Mars & Canal Priests of Mars, pour Space 1889, p 57 de Beastmen of Mars : a person who is almost immortal.

Résultat :
Un inventeur demande aux PJ d’aller dans un lieu de perdition pour étudier la Bête du Gévaudan. Les PJ devront affronter des vendeurs au marché noir en Espagne. Un élément majeur du scénario sera une personne qui est presque immortelle.

Mais c’est pas mal, tout ça… L’inventeur pourrait être plutôt (ou aussi) un naturaliste amateur. Selon l’endroit où se trouvent les PJ au début du scénar, l’Espagne est un lieu de passage ou leur destination. La Bête du Gévaudan est, soit un animal (ou plutôt une lignée d’animaux ; à moins que ce ne soit plus qu’un animal empaillé, car nous sommes plus d’un siècle après les faits) appartenant à la personne presque immortelle (le comte de Saint-Germain ?), soit cette personne (lycanthrope) elle-même ; à moins que ce ne soit qu’une énième fausse Bête et/ou simplement une personne qui prétend être immortelle.
En tous cas, moi qui suis grand amateur de la Bête du Gévaudan, je trouve qu’il y a matière à en tirer quelque chose d’intéressant.
Sur Aurora, il n’y a peut-être pas de Gévaudan ; auquel cas la Bête pourrait avoir commis ses méfaits bien plus récemment, ce qui augmente les chances pour qu’elle soit bien l’authentique créature.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *