Ah, c’est la guerre ?

Ce matin, mon chef de service m’a envoyé le compte-rendu de mon entretien d’évaluation d’hier matin, à imprimer et signer ; en me précisant qu’il avait ajouté une remarque au sujet de la réunion ministérielle parisienne à laquelle j’avais refusé de me rendre l’année dernière.
Encore un fion dans la gueule à ce sujet, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Je n’ai pas répondu à chaud, préférant mûrir une réponse bien sentie, ce qui est désormais chose faite, et demain je vais lui dire une partie de ce que j’en pense.
Et ajouter à mon tour une remarque ; au sujet de mes heures supplémentaires bénévoles qu’on ne me donne toujours pas la possibilité de rattraper (alors qu’elles se comptent en jours, voire en semaines puisque celles de 2011 n’ont pas été écrêtées ; je ne parle même pas de celles des années d’avant).
Pasque pour quelqu’un à qui on reproche de manquer d’implication dans son travail au prétexte qu’il a refusé pour des raisons personnelles d’aller sciemment perdre son temps sans compensation dans une réunion stérile, je trouve que j’investis beaucoup de mon temps personnel dans mon boulot. Chose que j’ai toujours trouvée normale, mais j’en ai un peu marre que la direction soit du même avis et, non seulement ne me permette pas de compenser, mais en arrive à oublier, et même à nier, mon investissement personnel.
C’est comme ça qu’on arrive à briser les meilleures volontés du monde, et je dois dire que là ils commencent à faire fort : dans mon précédent poste, ça avait mis plus de temps pour en arriver au stade où j’en suis aujourd’hui.
On va voir ce qui se passera avec le futur nouveau chef de service… s’il y en a un un jour. Car pour le moment, nous allons avoir droit à une période d’intérim plutôt bancale et dont j’espère qu’elle ne va pas s’éterniser.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ah, c’est la guerre ?

  1. Regis dit :

    Ne signe pas ce rapport sans avoir rajouté ton point de vue, sinon on te le reprochera encore pendant un an ou plus :/

    Et puis si ton chef ne trouve pas de trucs à te reprocher, comment justifiera-t-il que lui est chef et pas toi? ;) (enfin, c’est ainsi que certains voient le management… « à la française » : parler de ce qui ne marche pas plutôt que d’encourager ce qui va bien.)

    • Imaginos dit :

      T’inquiètes, non seulement j’ai déjà réussi à faire retirer le dernier commentaire, mais je vais mettre mon commentaire à moi. Histoire de ne pas avoir de problème avec le prochain chef…

      (et si je ne suis pas chef à la place du chef, il y a deux raisons principales, dont l’une est que je ne veux pas les emmerdes qui vont avec la place)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.