NaSceWriMo n° 14 : un scénario clé en mains (ou presque) pour Transhuman Space

Je mets le paquet pendant que j’ai un peu de temps à y consacrer…

Cette fois-ci, le D20 me donne 10 : il faudra humilier.

Premier tirage : BaSIC version Casus Belli, p 84. La page présente deux prétirés de l’agence Ward & Blackmoor pour BaSIC Enigma ; c’est un contexte que je n’ai jamais utilisé, et qui ne m’intéresse pas plus que ça, donc je vais éviter de choisir l’un des deux persos et me rabattre sur des bushmen (du Kalahari).
Deuxième tirage : Frontière, pour Cendres, p 17 : vers Bruxelles.
Troisième tirage : GURPS Bio-Tech, 1st edition, p 52 : Biotech Euphrates. Ce sera donc un scénar pour Transhuman Space.
Quatrième tirage : GURPS GM’s Screen pour la quatrième édition du jeu, p 6 du livret GURPS Lite : pas franchement d’antagoniste à se mettre sous la dent sur cette page… ni probablement dans le reste du livret. Je retourne l’écran, sur l’illustration on voit entre autres guignols un type penché sur un ordinateur portable, je choisis un haqueur.
Cinquième tirage : Simulacres version Casus Belli hors-série n° 1, p 17 : c’est une pub’ ! Pour les magasins Cellules grises, dont je ne sais même pas s’ils existent encore. Il y en a quatre, je lance donc 1D4 et choisis Melun.
Sixième tirage : Tome of Corruption, pour Warhammer, p 7 : plagues of rats.

Résultat :
Des bushmen du Kalahari demandent au PJ d’aller vers Bruxelles pour humilier (diffamer) Biotech Euphrates. Les PJ devront affronter un haqueur à Melun. Un élément majeur du scénario sera des infestations de rats.

Voyons ça de plus près :
Pourquoi les Bushmen veulent-ils diffamer l’entreprise de génie génétique Biotech Euphrates (BE pour les intimes) ? C’est probablement une vengeance (mais dans ce cas, le D20 aurait plutôt donné 8). Ça pourrait être lié au fait que BE a fourni à la Namibie des plantes vivrières génétiquement modifiées qui ont permis de transformer une grande partie du bush en terres cultivées, réduisant comme une peau de chagrin l’habitat des Bushmen ; mais tout ça date quand même des années 2025 / 2040 environ, et nous sommes en 2100… Ça pourrait aussi être lié à une campagne mémétique (publicitaire) de BE, qui emploierait un stéréotype de Bushmen, très mal perçu par les intéressés ; la goutte d’eau qui fait déborder le vase après les cultures précédemment mentionnées, et la révélation par la journaliste Cynthia X en 2088 que BE finançait secrètement plus d’une centaine d’organisations préservationnistes (dont plusieurs namibiennes) de telle sorte qu’elles se fassent concurrence entre elles au lieu de lutter efficacement contre les lobbies biotechnologiques : les Bushmen ont l’impression que BE s’acharne spécialement contre eux. J’adopte cette dernière solution.
Les lieux (vers Bruxelles, à Melun) posent problème. Le scénario demande aux PJ d’organiser une campagne mémétique contre BE, chose qui va principalement se faire par réseaux informatiques et sans nécessité de se déplacer physiquement. Je traduis donc vers Bruxelles par la nécessité de cibler la campagne de diffamation sur la ville-État de Bruxelles (parce que c’était là où la campagne de BE avec son Bushman caricatural était la plus active). Et à Melun, c’est là où se trouve physiquement le haqueur-méméticien qui sera le principal adversaire de la campagne orchestrée par les PJ.
Quant aux infestations de rats, elles pourraient être une des images-choc de ces campagnes mémétiques (celle avec le stéréotype de Bushman et celle élaborée pour contrer celle des PJ). Elles pourraient aussi être réelles, avec des Rongeurs génétiquement modifiés qui s’attaqueraient spécifiquement à des cultures fabriquées par BE ; mais dans ce dernier cas, l’idéal serait que ce soit une idée des PJ dans leur campagne contre BE.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.