Rapparthon n° 10 : un scénario clé en mains (ou presque) sur Monda

Le Rapparthon nous amène maintenant sur Monda, mélange de James Bond, Top Secret SI, Cthulhu 90, Delta Green et Trauma.
Je n’ai pas de Top Secret et pas de supplément explicitement prévu pour Cthulhu Now, mais qu’à cela ne tienne, je vais remplacer par du Millenium’s End, du Conspiracy X, et quelques autres trucs…

Allons-y ! Le D20 donne 16 : détruire (tuer).

Premier tirage : Merc: 2000, pour Twilight: 2000, p 51 : enthusiastic newbie.
Deuxième tirage : GURPS Espionage, p 62 : laboratory.
Troisième tirage : Supplement 1, pour Merc, p 20 : coastal patrol craft.
Quatrième tirage : GM Screen and 1999 Datasource, pour Millenium’s End, p 20 du livret : major Fernando Marquez (des forces armées colombiennes).
Cinquième tirage : Crime Fighter, p 16 : at the top of a fire escape that ends ten feet short of the roof.
Sixième tirage : Heavy Weapons Handbook, pour Twilight: 2000, p 28 : an antitank grenade.

Résultat :
Un (mercenaire) néophyte enthousiaste demande aux PJ d’aller dans un laboratoire pour détruire un navire de gardes-côtes. Les PJ devront affronter le major Fernando Marquez au sommet d’une évacuation d’incendie qui se termine trois mètres en dessous du toit. Un élément majeur du scénario sera une grenade (à fusil) antichar.

Là encore, le résultat est suffisamment cohérent pour être exploitable ailleurs que sur Monda. Vous noterez que j’ai pris soin d’envoyer les PJ dans un labo pour détruire, et non pour y détruire : le passage par le labo sert à obtenir le moyen de détruire l’embarcation (ce qui évite de devoir chercher une justification à la présence de cette dernière dans le labo). Si c’est un scénar pour James Bond, le labo est celui du service Q. Ce que les PJ y récupèrent est une grenade antichar spécialement conçue pour ce genre de tâches (ou pour accomplir la tâche dans les conditions dans lesquelles les PJ vont se placer ; par exemple, après une approche sous-marine). Le navire est colombien, raison pour laquelle le major Marquez va se mettre en travers de la route des PJ. Si ce n’est pas du James Bond, le mercenaire est à la solde des narcotrafiquants et cherche à faire sortir de la cocaïne du pays (ou à y faire rentrer des armes) ; si c’est du James Bond, le mercenaire est un informateur du MI6 et les gardes-côtes se livrent en fait à la contrebande…
Bref, encore un résultat utilisable.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.